Accueil cinéma Dossiers Histoire du cinéma en Chine
Histoire du cinéma en Chine PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La rédaction d'Ici la Chine   
Vendredi, 11 Décembre 2009 14:25

Les trois royaumes, le plus gros budget de l'histoire du cinéma chinois

L'histoire du cinéma chinois

La technologie cinématographique a rapidement atteint la Chine, avec une première projection en 1896, le plus vieux document filmé conservé jusqu'à aujourd'hui date de 1905.

Le premier centre de l'industrie du cinéma chinois va être Shanghai, dès les années 1920. Deux influences se contrebalancent alors : celle des Etats-Unis, en avance techniquement, et celle des traditions chinoises avec l'Opéra de Pékin.

Premier âge d'or à Shanghai, instrument de propagande après 1949

L'évolution du cinéma chinois va alors être étroitement liée à la lutte politique entre nationalistes, qui imposent des films de divertissement, et les Communistes, qui penchent vers les oeuvres plus «sociales».

Progressivement, des styles comme le wuxia pian (capes et épées) vont devenir incontournables. Un premier âge d'or se produit dans les années 1930, avec en plus de Shanghai, d'importants centres à Pékin et Canton.

Mais l'invasion japonaise met fin à cette période, puis après les guerres, les Communistes vont faire du cinéma un instrument de leur propagande, sans hésiter à investir des sommes colossales. Le seul vrai coup d'arrêt aura lieu pendant la Révolution Culturelle (1966-1976).

La renaissance du cinéma de Chine continentale

En parallèle, le cinéma hongkongais va s'imposer comme une référence, au moins sur le plan commercial, sous l'impulsion notamment de grandes compagnies telle la Shaw Brothers et d'icônes comme Bruce Lee, qui révolutionne le genre arts martiaux...

La fin du XXe siècle va néanmoins être marquée par une montée en puissance des cinémas du continent et de Taïwan : l'émergence de la 5e génération de réalisateurs (Zhang Yimou, Chen Kaige...) symbolise le renouveau du premier, la nouvelle vague (Hou Hsiao Hsien, Edward Yang) symbole celui du second.

Le point culminant a lieu lors de la période allant du début des années 1990 à celui du 3e millénaire : Zhang Yimou remporte le Lion d'or de la Mostra de Venise en 1992 pour «Qiu Ju, une femme chinoise» puis en 1999 pour «Pas un de moins», Chen Kaige la Palme d'or à Cannes en 1993 pour «Adieu ma concubine», Tsai Ming-Liang un autre Lion d'or vénitien en 1994 pour «Vive l'amour», Xie Fei l'Ours d'or à Berlin en 1993 pour «Les femmes du lac des âmes parfumées», et Ang Lee reçoit lui deux Ours d'or berlinois (pour «Garçon d'honneur» en 1993 et «Raison et sentiments» en 1996) et surtout l'Oscar du meilleur film étranger pour «Tigre et Dragon» en 2000...

«Tigre et dragon» : symbole de l'union sacrée du cinéma chinois

Ce dernier film représente bien la nouvelle tendance qui se dégage à l'aube du 3e millénaire pour le 7e art chinois : un rapprochement entre les différentes branches du cinéma en langue chinoise. A l'image d'autres grosses productions de ces dernières années (Hero, Les trois royaumes...), «Tigre et Dragon» a rassemblé une équipe «cosmopolite» : autour de son réalisateur taïwanais se sont associés des stars de Hongkong (Chow Yun Fat), de Chine continentale (Zhang Ziyi), de Taïwan (Chang Chen) et même de la diaspora (Michelle Yeoh, née en Malaisie).

Aujourd'hui, de plus en plus de films et d'acteurs chinois atteignent un succès international, et ce quelque soit le genre. Reste à savoir si le cinéma chinois pourra un jour s'imposer comme la grande référence mondiale. Cela ne sera peut être pas possible sans une évolution socio-politique en Chine : la censure et le contrôle imposé par les autorités communistes limitent grandement la créativité des réalisateurs, dont les seuls chefs d'oeuvre récents sont des fresques historiques ou des comédies le plus souvent romantiques.
Au fil des semaines, la rédaction d'Ici la Chine va vous proposer de nouveaux sujets sur l'histoire du cinéma chinois.  Nous vous tiendrons au courant des nouveaux articles disponibles.
 
Bookmark and Share
Accueil cinéma Dossiers Histoire du cinéma en Chine
billet avion
'You are the apple of my eye', ou les chroniques d'une jeunesse taïwanaise

article thumbnail

«You are the apple of my eye» est le succès taïwanais de l’année 2011. Adapté d’un roman, il est représentatif de la jeunesse de Taiwan des années 90.


'The Road Home', l'amour à la campagne

article thumbnail

«The Road Home » fait partie des films qui ont façonner la réputation internationale de Zhang Yimou. C'est aussi le long métrage qui a révélé l'actrice Zhang Ziyi au monde.


Maggie Cheung, icône du cinéma malgré elle

article thumbnail

Avec plus de 70 films aux côtés des plus grands cinéastes à son actif, Maggie Cheung est devenue une véritable icône du cinéma asiatique. Paradoxalement, elle ne s’est jamais sentie actrice [ ... ]


'1911' : le début d'une nouvelle ère en Chine

article thumbnail

Sortie près de cent ans jours pour jours après la Révolution Chinoise, «1911» est une œuvre historique relatant la chute de l'empire Qing. Avec Jackie Chan en tête d'affiche, le film se veut  [ ... ]


Gong Li, l'ambassadrice du cinéma chinois

article thumbnail

Révélée sous la coupe du réalisateur Zhang Yimou, Gong Li ne cesse de faire des étincelles. Devenue une véritable légende du cinéma chinois, l’actrice à la beauté intemporelle est aujour [ ... ]


Annuaire Asie (Japon, Chine, Inde, Coree, Vietnam, Thailande, Cambodge, Laos, ...) < >