Accueil cinéma Films 'Nos années sauvages' : l'oeuvre qui affirma le style Wong Kar-Wai
'Nos années sauvages' : l'oeuvre qui affirma le style Wong Kar-Wai PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Nicolas Jucha   
Vendredi, 04 Décembre 2009 12:15

'Nos années sauvages' : l'oeuvre qui affirma le style Wong Kar-Wai

Echec commercial l'année de sa sortie, «Nos années sauvages» est pourtant considéré aujourd'hui comme un film référence du cinéma chinois. Surtout, il est vu comme l'une des premières étapes qui ont mené le réalisateur Wong Kar-Wai vers sa maturité artistique.

Fiche du film

Titre en chinois mandarin : A Fei zheng zhuan 阿飛正傳

Titre en cantonnais : Ah Fei ching chuen

Titre international : Days of Being Wild

Titre français : Nos années sauvages

Réalisateur : Wong Kar-wai

Scénariste : Wong Kar-wai

Réalisation : 1990, Hongkong

Acteurs principaux : Leslie Cheung (Yuddy), Maggie Cheung (Su Lizhen), Andy Lau (Tide), Carina Lau (Leung Fung-Ying), Rebecca Pan (Rebecca), Jacky Cheung (Zeb), Danilo Antunes (l'amant de Rebecca), Tita Munoz (la mère de Yuddy), Tony Leung Chiu-Wai (l'homme à la fin du film)

Genre : drame/romance

94 minutes

A noter

-le film marque la première collaboration entre Wong Kar-wai et le directeur de la photographie australien Christopher Doyle. Les deux hommes ont ensuite retravaillé ensemble sur plusieurs longs métrages du réalisateur hongkongais comme «Chungking Express», «Les cendres du temps», «In the mood for love» ou encore «2046».

-l'artiste cubain Xavier Cugat interprète une partie des chansons du film

L'histoire : entre quête d'identité et besoin névrosé de liberté

Leslie CheungL'intrigue de «Nos années sauvages» se tient en 1960 à Hongkong. Le personnage central, Yuddy, est un beau jeune homme qui collectionne les conquêtes. Il est visiblement très talentueux pour conquérir le coeur des femmes, mais dès que l'une d'elles fait des projets d'avenir, il la rejette...

L'attitude égocentrique de Yuddy n'est pas un hasard : élevé par sa mère adoptive, une ancienne prostituée, il ne peut supporter que cette dernière lui cache l'identité de ses parents biologiques. Il est à la fois meurtri d'avoir été abandonné à la naissance, et rancunier envers celle qui refuse de l'aider à retrouver ses origines.

La réaction de Yuddy est destructrice : il perturbe autant que possible la vie de sa mère adoptive, allant jusqu'à violenter le gigolo avec qui elle a une relation, et se persuade qu'il a besoin d'une totale liberté. Il apparaît donc sans aucune compassion envers celles qui ont la mauvaise idée de tomber amoureuses de lui.

Su Lizhen, une jolie barmaid au caractère très mesuré, puis Leung Fung-Ying, une danseuse de cabaret extravertie, vont être chacune prises au piège, incapables l'une comme l'autre de percer les mystères de Yuddy.

Arrive un jour où ce dernier apprend que sa vraie mère est au Philippines. Il décide de tout quitter pour se rendre sur place. A la quête de ses origines, il trouvera des réponses sur l'impasse dans laquelle son mode de vie l'a poussé.

La première partie d'un projet inachevé

Le spectateur lamba pourrait être surpris par la fin du film «Nos années sauvages». On y aperçoit un nouveau personnage, joué par Tony Leung Chiu-Wai, qui se prépare visiblement pour se rendre dans une soirée mondaine ou jouer à un jeu d'argent...

Cette conclusion s'explique par le fait que «Nos années sauvages» était prévu comme la première partie d'un projet en deux longs métrages. Et dans ce second volet, l'acteur Tony Leung Chiu-Wai devait interpréter l'un des premiers rôles.

Ce sont les résultats mitigés du film au box office qui ont poussé les producteurs à ne pas aller au bout de l'idée première de Wong Kar-wai. Aujourd'hui, on a tendance à penser que le film «In the mood for love», tourné en 1999, est l'oeuvre la plus proche de ce que voulait réaliser le cinéaste hongkongais. Avec «2046» (2004), les deux films constituent d'ailleurs une trilogie officieuse.

La relation entre les trois longs métrages est aujourd'hui assez nette aux yeux des observateurs cinéphiles : «Nos années sauvages» est la première étape de l'évolution artistique de Wong Kar-wai, le film à partir duquel il s'est vraiment trouvé un style, les deux suivants sont l'aboutissement de son oeuvre arrivée à matûrité.

3e meilleur film de l'histoire du cinéma chinois ?

Maggie CheungEn dépit de son relatif échec commercial -de faibles revenus en comparaison avec ce que le casting laissait espérer- «Nos années sauvages» est donc la véritable rampe de lancement des futurs succès du réalisateur, en particulier «In the mood for love» qui a été acclamé dans les festivals internationaux.

A Hongkong, le film est d'ailleurs considéré comme l'une des meilleures productions locales : les Golden Bauhinia le sacrèrent meilleur film hongkongais des 10 dernières années en 1997, tandis qu'il fut classé 3e dans la liste des 100 meilleurs films chinois retenus lors des 24ème Hong Kong Films Awards (2005).

L'année de sa sortie, «Nos années sauvages» fut principalement récompensé dans ce dernier festival, le plus important dans l'ancienne colonie britannique, avec les prix du meilleur film, meilleur acteur (Leslie Cheung), meilleur réalisateur (Wong Kar-wai), meilleure photographie (Christopher Doyle) et meilleure direction artistique.

Carina Lau, fut quant à elle une nominée malheureuse au titre de meilleure actrice à Hong Kong comme à Taïwan (Golden Horse Awards).

Des dialogues cultes

Les cinéphiles qui sont tombés sous le charme de «Nos années sauvages» font souvent référence à l'originalité et à la profondeur de certaines répliques. Voici quelques exemples :

Yuddy : Quel jour sommes nous ?
Su Lizhen: Le 16.
Yuddy : Le 16... Le 16 avril. A 3h moins une minute le 16 avril 1960, tu es avec moi. A cause de toi, je vais me souvenir de cette minute. A partir de maintenant, nous sommes amis pour une minute. C'est un fait, tu ne peux pas nier. C'est fait.

(plus tard, sous forme de narration)
Su Lizhen : j'ai toujours pensé qu'une minute filait. Mais parfois, elle s'éternise vraiment. Une fois, un homme a pointé sa montre en me disant qu'à cause de cette minute, il se souviendrait toujours de moi. C'était vraiment adorable à entendre. Mais maintenant, je regarde ma montre et me dit que je dois oublier cet homme, dès cette même minute.

Yuddy : j'ai entendu dire qu'il y avait une espèce d'oiseau sans pattes qui ne peut que voler, et toujours voler, et dormir dans le vent quand il est fatigué. L'oiseau n'atterrit qu'une seule fois dans sa vie... c'est quand il meurt.

Yuddy : j'avais l'habitude de penser qu'il y avait une espèce d'oiseau qui, une fois né, continuerait à voler jusqu'à la mort. Le fait est que l'oiseau n'est allé nulle part. Il était mort depuis le début.

Yuddy : hé, as tu entendu parler d'une espèce d'oiseau...
Tide : (ne laisse pas Yuddy finir) L'espèce sans pattes, c'est ça ? Ce genre d'absurdité peut seulement duper les filles !

Un film qui sort de l'ordinaire

Carina LauParmi les réalisateurs chinois, et plus précisément hongkongais, Wong Kar-wai a un style qui lui est propre, «Nos années sauvages» en est un exemple très significatif.

Un scénario quelque peu décousu, plus d'émotions sous entendues que d'action, de la réflexion plutôt que des faits concrets... Le film du cinéaste hongkongais n'a pas vraiment les caractéristiques du blockbuster mais plutôt celles d'une oeuvre d'auteur.

Ce qui implique qu'elle ne soit pas forcément accessible ou attrayante pour la majorité du public. D'ailleurs, de nombreux chinois l'expriment sans honte : ils ne comprennent rien aux films signés WKW, «Nos années sauvages» ne fait pas exception...

Ce dernier parle d'amour sous un angle pessimiste : les histoires se terminent mal ou alors n'ont pas le temps de naître (Tide avec Su Lizhen). Plus qu'à d'éventuels événements clés, Wong Kar-wai s'intéresse aux réactions de ses personnages dans des situations psychologiques extrêmes : le rejet, l'amour refoulé, la peur ou le refus de s'engager...

Les quelques vraies scènes d'action du film, plus ou moins réussies, sont là pour mettre en valeur des émotions -comme la colère de Yuddy- ou les conséquences des actions de ce dernier. Les dialogues, les décors ou encore les prises de vue semblent répondre à la même logique : exprimer des sentiments et sensations plus qu'évoquer des faits...

Dans son registre, «Nos années sauvages» s'apparente comme une très belle oeuvre, servie par d'excellents acteurs, en particulier Carina Lau dans le rôle de l'amoureuse extravertie et passionnée.

Le film de Wong Kar-wai a également séduit les cinéphiles les plus avertis pour sa bande son latino-américaine et la beauté de ses images. Mais surtout, le plus grand mérite de «Nos années sauvages» reste d'avoir permis à son créateur de se trouver une identité de cinéaste et ainsi poser la première pierre d'une oeuvre unique dans le cinéma chinois.
Andy Lau, qui attend un appel de l'Amour
 
Bookmark and Share
Accueil cinéma Films 'Nos années sauvages' : l'oeuvre qui affirma le style Wong Kar-Wai
billet avion
'You are the apple of my eye', ou les chroniques d'une jeunesse taïwanaise

article thumbnail

«You are the apple of my eye» est le succès taïwanais de l’année 2011. Adapté d’un roman, il est représentatif de la jeunesse de Taiwan des années 90.


'The Road Home', l'amour à la campagne

article thumbnail

«The Road Home » fait partie des films qui ont façonner la réputation internationale de Zhang Yimou. C'est aussi le long métrage qui a révélé l'actrice Zhang Ziyi au monde.


Maggie Cheung, icône du cinéma malgré elle

article thumbnail

Avec plus de 70 films aux côtés des plus grands cinéastes à son actif, Maggie Cheung est devenue une véritable icône du cinéma asiatique. Paradoxalement, elle ne s’est jamais sentie actrice [ ... ]


'1911' : le début d'une nouvelle ère en Chine

article thumbnail

Sortie près de cent ans jours pour jours après la Révolution Chinoise, «1911» est une œuvre historique relatant la chute de l'empire Qing. Avec Jackie Chan en tête d'affiche, le film se veut  [ ... ]


Gong Li, l'ambassadrice du cinéma chinois

article thumbnail

Révélée sous la coupe du réalisateur Zhang Yimou, Gong Li ne cesse de faire des étincelles. Devenue une véritable légende du cinéma chinois, l’actrice à la beauté intemporelle est aujour [ ... ]


Annuaire Asie (Japon, Chine, Inde, Coree, Vietnam, Thailande, Cambodge, Laos, ...) < >