Accueil cinéma Films 'In the mood for love' : l'oeuvre de la maturité pour Wong Kar-Wai ?
'In the mood for love' : l'oeuvre de la maturité pour Wong Kar-Wai ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Nicolas Jucha   
Samedi, 05 Décembre 2009 11:23

'In the mood for love' : l'oeuvre de la maturité pour Wong Kar-Wai ?

Très apprécié de la critique, «In the mood for love» est souvent présenté comme l'une des plus grandes oeuvres du réalisateur Wong Kar-Wai. Porté par le duo Tony Leung Chiu Wai-Maggie Cheung, le film présente avec originalité et finesse le thème de l'infidélité conjugale.

Fiche du film

Titre en chinois mandarin : Huāyàng niánhuá 花樣年華

Titre en cantonnais : Fa yueng ninwa

Titre international : In the Mood for Love

Réalisateur : Wong Kar-wai

Scénariste : Wong Kar-wai

Réalisation : 2000, Hongkong, Chine

Acteurs principaux : Maggie Cheung (Su Lizhen, madame Chan), Tony Leung Chiu-Wai (Chow Mowan), Rebecca Pan (Madame Suen), Siu Ping-Lam (Ah Ping), Lai Chen (Monsieur Ho)

Genre : drame/romance

98 minutes

A noter

-le titre chinois signifie «le temps des fleurs»

- «In the mood of love» est officieusement considéré comme la suite de «Nos années sauvages» (2000), et la seconde partie d'une trilogie achevée avec «2046» (2004)

-le tournage du film fut relativement long : 15 mois

Comparé à «Nos années sauvages» ou «Chungking Express», «In the mood for love» semble s'adresser à un public un peu plus âgé et mature, le thème qu'il aborde y étant pour beaucoup

L'histoire : histoire d'infidélité conjugale dans le Hongkong des années 60

Tony Leung Chiu-Wai et Maggie CheungEn 1962, à Hongkong, deux couples emménagent le même jour dans une immeuble appartenant à une famille shanghaienne. Chose surprenante, seul le mari du premier couple (Chow Mowan) et la femme du second (Madame Chan) sont présents pour gérer le déménagement.

Ce qui augure de la suite des événements : l'un comme l'autre sont la plupart du temps seuls, leurs époux absents, officiellement pour raisons professionnelles. Petit à petit, les deux délaissés apprennent à se connaître et deviennent amis.

C'est un jour où ils dînent qu'ils percent un douloureux secret : leurs conjoints respectifs sont régulièrement absents non pas pour raisons professionnelles, mais parce qu'ils ont noué une relation adultère...

D'abord choqués, Chow et madame Chan décident de feindre l'ignorance, tout en essayant de comprendre comment la situation a ainsi pu évoluer. Bien qu'ils se soient jurés de ne pas suivre le mauvais exemple de leurs époux, Chow et madame Chan vont jouer avec le feu.

Et en tentant de reproduire ce qui a pu se passer entre leurs mari et épouse infidèles, ils vont eux-mêmes développer inconsciemment une relation plus proche de l'amour que de l'amitié.

Un scénario monté en temps réel

Tony Leung Chiu-Wai, dans la peau d'un éditeur qui se veut écrivainA l'origine, le projet de Wong Kar-wai devait compter trois parties, l'histoire traitée dans «In the mood for love» n'étant que l'une d'elles. Mais le cinéaste hongkongais a estimé que le thème de la relation entre Chow Mowan et madame Chan était ce qu'il l'intéressait au plus haut point, et a donc décidé d'y consacrer l'intégralité du film.

Il s'agit là d'un nouvel exemple de la méthode Wong Kar-wai : le cinéaste ne travaille pas avec un script ficelé à l'avance, mais laisse plutôt le scénario se modifier au fil du tournage, selon ce que le jeu des acteurs lui inspire.

Ainsi, deux fins ont été mises sur pieds : une où les deux personnages principaux deviennent clairement amants, et celles de la version finale, où leur relation est sous entendue mais jamais montrée.

Si la manière de procéder de Wong Kar-wai lui permet d'user au maximum de son caractère intuitif, elle a aussi des inconvénients : l'équipe de tournage a dû quitter Pékin pour terminer son travail à Macao, car les autorités chinoises voulaient avoir le droit de visionner le scénario. Hélas, il n'y en avait pas encore...

Le chef d'oeuvre de Wong Kar-wai

Pour beaucoup d'observateurs, «In the mood for love» représente, l'une des plus belles oeuvres de Wong Kar-wai, voire tout simplement la plus aboutie. Si «Chungking Express» en 1994 lui avait permis de devenir un réalisateur pris au sérieux par la critique, «In the mood for love» fut une réelle consécration.

Nominé pour la Palme d'or à Cannes en 2000, le film s'est surtout distingué grâce au titre de meilleur acteur de Tony Leung Chiu-Wai et à l'attribution du Grand Prix Technique. De nombreux autres festivals internationaux comme les German Film Awards (meilleur film étranger) ont récompensé l'oeuvre. Lors des Césars 2001, «In the mood for love» fut même sacré meilleur film étranger de l'année...

Le long métrage, de par son originalité et sa justesse, a renforcé la réputation de Wong Kar-wai, et de nombreux travaux antérieurs («As tears goes by», «Nos années sauvages») ont ainsi été reconsidérés à la hausse par les cinéphiles. Le succès de «Chungking Express» ne fut donc pas un feux de paille mais une première étape vers la reconnaissance pour un réalisateur atypique et doué.

Un film original et pragmatique

Un film loué pour la beauté de ses imagesDans le paysage du cinéma hongkongais, Wong Kar-wai occupe une place à part : il est l'un des rares à faire presque exclusivement des films d'auteur. «In the mood for love» est incontestablement le nouvel exemple d'une oeuvre avant tout motivée par une ambition artistique.

Le thème de la relation extra-conjugale est assez porteur pour assurer un succès commercial au film. Mais là où beaucoup se concentreraient sur l'aspect passionnel de la relation entre les deux amants, Wong Kar-wai prend le risque de traiter le problème sous un angle le plus souvent délaissé : celui des époux trompés.

Le choix est courageux et pourrait manquer de glamour, mais le cinéaste hongkongais relève son défi avec succès et finesse : il ne tombe pas dans la facilité en créant une nouvelle relation explicitement charnelle entre ses deux personnages, mais au contraire, expose avec précision l'état d'esprit de ces derniers.

Comment réagit-on face à un adultère ? La réponse de Wong Kar-wai est originale et pragmatique. Ses deux protagonistes se veulent rester dans les limites de la bienséance, mais le réalisateur arrive à faire ressortir à la fois leur souffrance, leur vice et leurs sentiments naissants...

Il n'y a pas de héros au sens propre, pas de personne exemplaire, seulement deux individus qui en tentant d'analyser les sentiments d'autrui, se voient confrontés à leur propres faiblesses.

Servi par deux acteurs excellents, Wong Kar-Wai a le mérite de ne pas se placer en donneur de leçons, et présente deux personnages dignes dans leur malheur mais finalement victimes de leurs principes moraux rigides...

Outre sa mise en scène, principalement nocturne, qui permet de percevoir sans la moindre parole les émotions des personnages, le film de Wong Kar-wai a été acclamé pour la qualité de sa photographie et de sa bande son. Les compositions de Michael Galasso et les chansons de Nat King Cole sont encore dans les esprits de ceux qui ont aimé le film...
Une relation incontrôlable
 
Bookmark and Share
Accueil cinéma Films 'In the mood for love' : l'oeuvre de la maturité pour Wong Kar-Wai ?
billet avion
'You are the apple of my eye', ou les chroniques d'une jeunesse taïwanaise

article thumbnail

«You are the apple of my eye» est le succès taïwanais de l’année 2011. Adapté d’un roman, il est représentatif de la jeunesse de Taiwan des années 90.


'The Road Home', l'amour à la campagne

article thumbnail

«The Road Home » fait partie des films qui ont façonner la réputation internationale de Zhang Yimou. C'est aussi le long métrage qui a révélé l'actrice Zhang Ziyi au monde.


Maggie Cheung, icône du cinéma malgré elle

article thumbnail

Avec plus de 70 films aux côtés des plus grands cinéastes à son actif, Maggie Cheung est devenue une véritable icône du cinéma asiatique. Paradoxalement, elle ne s’est jamais sentie actrice [ ... ]


'1911' : le début d'une nouvelle ère en Chine

article thumbnail

Sortie près de cent ans jours pour jours après la Révolution Chinoise, «1911» est une œuvre historique relatant la chute de l'empire Qing. Avec Jackie Chan en tête d'affiche, le film se veut  [ ... ]


Gong Li, l'ambassadrice du cinéma chinois

article thumbnail

Révélée sous la coupe du réalisateur Zhang Yimou, Gong Li ne cesse de faire des étincelles. Devenue une véritable légende du cinéma chinois, l’actrice à la beauté intemporelle est aujour [ ... ]


Annuaire Asie (Japon, Chine, Inde, Coree, Vietnam, Thailande, Cambodge, Laos, ...) < >