Accueil cinéma Films 'The Founding of a Republic' : la Chine communiste racontée par les Communistes
'The Founding of a Republic' : la Chine communiste racontée par les Communistes PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Nicolas Jucha   
Lundi, 14 Mars 2011 19:52

'The Founding of a Republic' : la Chine communiste racontée par les Communistes

Réalisé pour célébrer les 60 ans de la République populaire de Chine, «The Founding of a Republic» est un véritable blockbuster de propagande. Plus de 150 stars du cinéma chinois y apparaissent, pour donner une version de l'Histoire très conciliante avec Mao Zedong et son entourage.

Fiche du film

Titre original : Jian Guo Da Ye 建国大业

Titre en français : La fondation d'une république

Titre international : The Founding of a Republic

Réalisateurs : Han Sanping, Huang Jianxin

Scénaristes : Wang Xingdong, Chen Baoguang

Réalisation : 2009, Chine

Acteurs principaux : Tang Guoqiang (Mao Zedong), Zhang Guoli (Chiang Kai-shek), Xu Qing (Song Qing-ling), Liu Jin (Zhou Enlai), Chen Kun (Chiang Ching-kuo), Wang Wufu (Zhu De), Wang Xueqi (Li Zongren)...

Genre : drame/histoire/guerre

138 minutes

A noter :

-de nombreuses stars du cinéma chinois parmi lesquels Jet Li, Jackie Chan (qui interprète un journaliste) ou encore Chen Kaige apparaissent dans le film via des rôles mineurs, voire de la simple figuration.

L'impossible co-habitation entre Communistes et Nationalistes chinois

Une réunion de hauts chefs communistes très convivialeAprès la guerre sino-japonaise, Guomindang et Parti communiste chinois se réunissent à Chongqing pour préparer la co-existence pacifique et leur collaboration pour la reconstruction du pays. Mais au-delà de l'apparente entente entre Chiang Kai-Shek et Mao Zedong, la défiance règne.

Les Nationalistes, divisés en interne mais maîtres du pays, ne veulent pas entendre parler d'un gouvernement multi-partiste. De leur côté, les Communistes ne sont pas dupes et se préparent à l'affrontement. Emmenés par leur leader Mao Zedong, ces derniers vont surmonter tous les obstacles et fonder la République populaire de Chine en 1949. Et ainsi faire renaître la fierté chinoise de ses cendres.

Un véritable panorama du cinéma chinois

Jet Li, dans le rôle d'un militaire du Guomindang qui refuse le combat contre les CommunistesRéalisé dans le cadre des 60 ans de la République populaire de Chine, «The Founding of a Republic» a disposé de moyens considérables. Certes, le budget est resté modeste, entre 60 et 70 millions de yuans, mais le long métrage a bénéficié d'une promotion sans égal.

Dans les différentes salles obscures du pays à l'approche de la sortie du film, les bandes annonces s'ouvraient sur les images de ce film censé célébrer la gloire de la Chine communiste. Après sa sortie, il a été projeté sur environ 1700 écrans, profitant parfois de la mise en retrait des blockbusters étrangers concurrents.

En Chine, «The Founding of a Republic» a été en troisième position du box-office 2009 derrière «2012» et «Transformers 2», battant alors les records de recettes pour un film chinois (400 millions de yuans), depuis dépassé par «Afterschock» de Feng Xiaogang puis «Let the bullets fly» de Jiang Wen.

L'une des raisons qui a expliqué la popularité du film est la succession de célébrités qui le caractérise : 172 vedettes du septième art local -dont les rois du Kung Fu Jackie Chan et Jet Li, le réalisateur Chen Kaige ou encore la pin-up Zhang Ziyi- ont répondu à l'appel, même pour des rôles mineurs ou de la simple figuration.

Jackie Chan, dans le rôle d'un journalisteLa plupart aurait d'ailleurs fait acte de présence gratuitement, histoire de ne pas alourdir le budget du film. Mais pour les observateurs les plus critiques -qui voient en «The Founding of a Republic » une oeuvre de propagande- la succession de stars n'apporte rien sur le plan artistique, si ce n'est de servir de catalogue du cinéma chinois.

Ce défilé de stars, auquel n'ont pas participé certaines grandes vedettes comme Zhang Yimou ou Zhou Xun, a forcément suscité la curiosité du public en Chine, mais devrait rencontrer un faible écho en dehors.

Que les amateurs de films d'arts martiaux se réjouissant de la présence commune au casting de Jet Li, Jackie Chan et Donnie Yen se reprennent : les trois stars ne font que des apparitions mineures, dans des scènes différentes où il n'est nullement question de combats spectaculaires...

Quand blockbuster rime avec propagande

Mao Zedong est bien entouré«The Founding of a Republic» pourra plaire aux fans de cinéma chinois, motivés par la curiosité de voir quels rôles ont été dévolus aux différentes stars locales du septième art. Mais pour les autres, si le film possède de belles images, il sera difficile de tenir les deux heures de spectacle proposées.

Car le scénario et la mise en scène proposent peu de surprises et de profondeur : on a d'un côté un camp communiste sain, soucieux de servir l'intérêt du peuple, uni, avec un Mao Zedong sage et souriant, et à l'opposé un camp nationaliste miné par les conflits d'intérêt et visiblement plus intéressé par le pouvoir que la prospérité de la Chine.

Une surprise de taille réside malgré tout dans la bienveillance avec laquelle sont présentés Chiang Kai-shek et son fils Chiang Ching-Kuo, vus comme responsables et soucieux des intérêts de la nation. Si deux personnes sont loin de la corruption qui pourrit le Guomindang, il s'agit de ces deux-là.

Mais globalement, ce sont les manoeuvres sombres du Guomindang qui sont mises en avant, alors qu'aucune mention à d'éventuelles responsabilités du Parti communiste dans l'échec de la création d'une nation multi-partiste n'est visible.

Côté communiste, le panorama est idyllique : rien ne laisse supposer les troubles des années qui suivront la naissance de la République populaire, que ce soit le Grand Bond en avant, les Cent Fleurs ou encore la Révolution culturelle.

Même Mao Zedong apparaît ouvert d'esprit, laissant la parole aux autres et écoutant leurs opinions : lors du choix du drapeau notamment, il se laisse convaincre par des femmes qui lui vantent les mérites du drapeau rouge.

Volontairement ou non, les réalisateurs nous montrent néanmoins un des paradoxes du Grand Timonier : apôtre de l'égalitarisme et de la lutte contre l'asservissement, il se fait porter par quatre hommes sur sa couchette alors que son camp est bombardé. Par simple paresse, il met donc en danger la vie de quatre personnes. A priori, cette séquence devait montrer la dévotion des Communistes pour Mao...

Chen Kun, meilleur acteur du film dans la peau de Chiang Ching-kuo

Zhang Guoli dans le rôle de Chiang Kai-Shek

 
Bookmark and Share
Accueil cinéma Films 'The Founding of a Republic' : la Chine communiste racontée par les Communistes
billet avion
'You are the apple of my eye', ou les chroniques d'une jeunesse taïwanaise

article thumbnail

«You are the apple of my eye» est le succès taïwanais de l’année 2011. Adapté d’un roman, il est représentatif de la jeunesse de Taiwan des années 90.


'The Road Home', l'amour à la campagne

article thumbnail

«The Road Home » fait partie des films qui ont façonner la réputation internationale de Zhang Yimou. C'est aussi le long métrage qui a révélé l'actrice Zhang Ziyi au monde.


Maggie Cheung, icône du cinéma malgré elle

article thumbnail

Avec plus de 70 films aux côtés des plus grands cinéastes à son actif, Maggie Cheung est devenue une véritable icône du cinéma asiatique. Paradoxalement, elle ne s’est jamais sentie actrice [ ... ]


'1911' : le début d'une nouvelle ère en Chine

article thumbnail

Sortie près de cent ans jours pour jours après la Révolution Chinoise, «1911» est une œuvre historique relatant la chute de l'empire Qing. Avec Jackie Chan en tête d'affiche, le film se veut  [ ... ]


Gong Li, l'ambassadrice du cinéma chinois

article thumbnail

Révélée sous la coupe du réalisateur Zhang Yimou, Gong Li ne cesse de faire des étincelles. Devenue une véritable légende du cinéma chinois, l’actrice à la beauté intemporelle est aujour [ ... ]


Annuaire Asie (Japon, Chine, Inde, Coree, Vietnam, Thailande, Cambodge, Laos, ...) < >