Accueil cinéma Films '1911' : le début d'une nouvelle ère en Chine
'1911' : le début d'une nouvelle ère en Chine PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Martin Courrmont   
Mardi, 25 Octobre 2011 18:54

'1911' : le début d'une nouvelle ère en Chine

Sortie près de cent ans jours pour jours après la Révolution Chinoise, «1911» est une œuvre historique relatant la chute de l'empire Qing. Avec Jackie Chan en tête d'affiche, le film se veut digne des plus grandes productions hollywoodiennes.

Fiche du Film

Titre original : 1911 ou Xinhai Geming  (辛亥革命)

Titre international : 1911 Revolution

Réalisateur : Li Zhang, Jackie Chan (coréalisateur)

Réalisation : 2011, Chine, Hong Kong

Scénariste : Jackie Chan

Acteurs principaux : Jackie Chan (Général Huang Xin), Winston Chao (Sun Yat-Sen), Li Bingbing (Xu Zonghan), Sun Chun (Yuan Shikai), Joan Chen (l’Impératrice Dowager Longyu), Jaycee Chan (Zhang Zhenwu)

Genre : Action/Drame/Guerre/Historique

Durée : 121 minutes

A noter :

-en plus de célébrer les cent ans de la Révolution chinoise, ce film est le centième long métrage de Jackie Chan

-le fils de Jackie Chan, Jaycee Chan, joue le rôle d’un martyr tué pour la bonne cause

-le film n’a pas été accepté dans les salles taïwanaises pour la raison officielle d'un dépassement des quotas de films en provenance de Chine populaire

La Chute d’un Empire au prix du sang

Jackie Chan, toujours dans la peau de l'homme de terrainEn 1911, alors que l’Empire Qing règne depuis près de 268 ans sur la Chine, un groupe de révolutionnaires activistes (le Tongmenghui)  prépare un coup d’Etat. Leur but est de renverser le pouvoir et d'instaurer une république démocratique. Mais la bataille s'annonce difficile face à une armée impériale sans scrupule s et n’hésitant pas à raser des villages entiers pour freiner l’avancée des rebelles.

Pour que la révolution se fasse dans les meilleurs conditions, le leader des insurgés, Sun Yat-Sen, va depuis l’étranger mener sa propre guerre diplomatique, et tenter de se réapproprier les alliés économiques de l’Empire. Sur le front, son ami Huang Xin dirige les troupes rebelles et participe aux affrontements les plus sanglants. Les combats font rage et les premières alliances secrètes commencent à naître.

Un rôle sérieux pour Jackie Chan

Jackie Chan à côté de Winston Chao, incarnation à l'écran de Sun Yat-SenLe film aurait pu être une série de coups et de gags burlesques comme l’on s’y attend souvent avec Jackie Chan. En plus d’être l’acteur principal, il est aussi le co-réalisateur, le scénariste et le producteur. Mais cette fois-ci l’histoire se veut sérieuse et dramatique. Le scénario tente de rester fidèle aux faits historiques. Les détails sont omniprésents et la réalisation pourrait se mesurer aux plus grands films de guerre tournés à Hollywood.

Avec près de 200 millions de yuans de budget, il est facile de s’en rapprocher. Mais ce film est avant tout un hommage pour les 100 ans du début de la Révolution chinoise.

C'est à se demander si Jackie Chan n’a pas fait exprès de refuser des rôles afin que ce film soit son centième en tant qu'acteur. Cette hypothèse plus que probable sent le marketing à plein nez...

Quoi qu’il en soit, il est plutôt agréable de voir le grand Jackie dans un rôle sérieux, incarnant un personnage important de l’histoire de la Chine. Mais vous pouvez chasser votre nature, elle revient au galop : une scène de 30 secondes le voit se battre contre plusieurs ennemis en enchaînant les cascades à l'aide d'objets improbables. Comme dans tout film avec Jackie Chan finalement...

Mais le roi du Kungfu n’arrive néanmoins pas à convaincre dans son interprétation, contrairement à d’autres acteurs qui le surpassent totalement et donnent son ton au film. C'est notamment le cas de Zhao Wenxuan dans le rôle de Sun Yat-Sen le premier Président Chinois. La ressemblance avec ce dernier est frappante voire même troublante.

Csi bien qu’au fil de l’histoire, Jackie Chan perd de son importance et se voit presque recalé au rang de second rôle tant le jeu et l’omniprésence de Zhao Wenxuan sont  imposants. Une remarque qui vaut aussi pour Sun Chun dans le rôle de Yuan Shikai, le méchant mais sympathique général en chef de l’Empire, qui sort lui aussi du lot.

Du patriotisme exacerbé

Li Bingbing, l'atout charme du long métrageMais malgré l’effort de rendu historique et certaines bonnes interprétations, «1911» n’en reste pas moins une caricature flagrante voire même ennuyante. La trame du film se porte uniquement sur le devoir d’un révolutionnaire face à la domination des grands. Les sous-entendus sont sans équivoques sur le rapport avec une autre révolution qui s’est déroulée quelques dizaines d’années plus tard dans le même pays…

Les membres du Tongmenghui eux-mêmes sont présentés comme des communistes révolutionnaires qui n’ont d’autres mots à la bouche que le sacrifice pour le peuple. Le film se place d’ailleurs dans la même veine que «The Founding of a Republic» sortie deux ans auparavant en omettant certains points de l’Histoire.

La réalisation est aussi parfois très brouillonne et montre des carences au point de vue du montage : les scènes s’enchaînent trop rapidement et l’on passe d’une séquence et d’un décor à l’autre sans trop comprendre pourquoi.

L’affrontement violent du départ à Guangzhou, entrecoupé par des scènes de conférence à San Francisco, dérange dans la compréhension et le visionnement du film. Les premières minutes se veulent rythmées par ces scènes de combats et annonce une cavalcade d’actions mais soudain tout s’arrête et se perd dans des dialogues sans fin et donc ennuyeux. 

Que les amateurs d'Histoire chinoise aillent voir ce film mais en sachant par avance qu’ils n’apprendront rien de plus. Pour ceux qui ne la connaissent, il est préférable de l'étudier avant de voir le film, sous peine de s'y perdre.
Sortie près de cent ans jours pour jours après la Révolution Chinoise, «1911» est une œuvre historique relatant la chute de l'empire Qing. Avec Jackie Chan en tête d'affiche, le film se veut digne des plus grandes productions hollywoodiennes.

Fiche du Film

Titre original : 1911 ou Xinhai Geming  (辛亥革命)

Titre international : 1911 Revolution

Réalisateur : Li Zhang, Jackie Chan (coréalisateur)

Réalisation : 2011, Chine, Hong Kong

Scénariste : Jackie Chan

Acteurs principaux : Jackie Chan (Général Huang Xin), Wen Xuan Zhao (Sun Yat-Sen), Bing Bing Lee (Xu Zonghan), Sun Chun (Yuan Shikai), Joan Chen (l’Impératrice Dowager Longyu), Jaycee Chan (Zhang Zhenwu)

Genre : Drame\Historique

Durée : 121 minutes

A noter :

-en plus de célébrer les Cent ans de la Révolution chinoise ce film est le centième long métrage de Jackie Chan.

-le fils de Jackie Chan, Jaycee Chan, joue le rôle d’un martyr tué pour la bonne cause.

-le film n’a pas été accepté dans les salles taïwanaises pour la raison officielle d'un dépassement des quotas de films en provenance de Chine populaire

La Chute d’un Empire au prix du sang.
En 1911, alors que l’Empire Qing règne depuis près de 268 ans sur la Chine, un groupe de révolutionnaires activistes (le Tongmenghui)  prépare un coup d’Etat. Leur but est de renverser le pouvoir et d'instaurer une république démocratique. Mais la bataille s'annonce difficile face à une armée impériale sans scrupule s et n’hésitant pas à raser des villages entiers pour freiner l’avancée des rebelles.

Pour que la révolution se fasse dans les meilleurs conditions, le leader des insurgés, Sun Yat-Sen, va depuis l’étranger mener sa propre guerre diplomatique, et tenter de se réapproprier les alliés économiques de l’Empire. Sur le front, son ami Huang Xin dirige les troupes rebelles et participe aux affrontements les plus sanglants. Les combats font rage et les premières alliances secrètes commencent à naître.

Un rôle sérieux pour Jackie Chan

Le film aurait pu être une série de coups et de gags burlesques comme l’on s’y attend souvent avec Jackie Chan. En plus d’être l’acteur principal, il est aussi le co-réalisateur, le scénariste et le producteur. Mais cette fois-ci l’histoire se veut sérieuse et dramatique. Le scénario tente de rester fidèle aux faits historiques. Les détails sont omniprésents et la réalisation pourrait se mesurer aux plus grands films de guerre tournés à Hollywood.

Avec près de 200 millions de yuans de budget, il est facile de s’en rapprocher. Mais ce film est avant tout un hommage pour les 100 ans du début de la Révolution chinoise.

C'est à se demander si Jackie Chan n’a pas fait exprès de refuser des rôles afin que ce film soit son centième en tant qu'acteur. Cette hypothèse plus que probable sent le marketing à plein nez...

Quoi qu’il en soit, il est plutôt agréable de voir le grand Jackie dans un rôle sérieux, incarnant un personnage important de l’histoire de la Chine. Mais vous pouvez chasser votre nature, elle revient au galop : une scène de 30 secondes le voit se battre contre plusieurs ennemis en enchaînant les cascades à l'aide d'objets improbables. Comme dans tout film avec Jackie Chan finalement...

Mais le roi du Kungfu n’arrive néanmoins pas à convaincre dans son interprétation, contrairement à d’autres acteurs qui le surpassent totalement et donnent son ton au film. C'est notamment le cas de Zhao Wenxuan dans le rôle de Sun Yat-Sen le premier Président Chinois. La ressemblance avec ce dernier est frappante voire même troublante.

Csi bien qu’au fil de l’histoire, Jackie Chan perd de son importance et se voit presque recalé au rang de second rôle tant le jeu et l’omniprésence de Zhao Wenxuan sont  imposants. Une remarque qui vaut aussi pour Sun Chun dans le rôle de Yuan Shikai, le méchant mais sympathique général en chef de l’Empire, qui sort lui aussi du lot.

Un patriotisme exacerbé

Mais malgré l’effort de rendu historique et certaines bonnes interprétations, «1911» n’en reste pas moins une caricature flagrante voire même ennuyante. La trame du film se porte uniquement sur le devoir d’un révolutionnaire face à la domination des grands. Les sous-entendus sont sans équivoques sur le rapport avec une autre révolution qui s’est déroulée quelques dizaines d’années plus tard dans le même pays…

Les membres du Tongmenghui eux-mêmes sont présentés comme des communistes révolutionnaires qui n’ont d’autres mots à la bouche que le sacrifice pour le peuple. Le film se place d’ailleurs dans la même veine que «The Founding of a Republic» sortie deux ans auparavant en omettant certains points de l’Histoire.
La réalisation est aussi parfois très brouillonne et montre des carences au point de vue du montage : les scènes s’enchaînent trop rapidement et l’on passe d’une séquence et d’un décor à l’autre sans trop comprendre pourquoi.

L’affrontement violent du départ à Guangzhou, entrecoupé par des scènes de conférence à San Francisco, dérange dans la compréhension et le visionnement du film. Les premières minutes se veulent rythmées par ces scènes de combats et annonce une cavalcade d’actions mais soudain tout s’arrête et se perd dans des dialogues sans fin et donc ennuyeux.  

Que les amateurs d'Histoire chinoise aillent voir ce film mais en sachant par avance qu’ils n’apprendront rien de plus. Pour ceux qui ne la connaissent, il est préférable de l'étudier avant de voir le film, sous peine de s'y perdre.
 
Bookmark and Share
Accueil cinéma Films '1911' : le début d'une nouvelle ère en Chine
billet avion
'You are the apple of my eye', ou les chroniques d'une jeunesse taïwanaise

article thumbnail

«You are the apple of my eye» est le succès taïwanais de l’année 2011. Adapté d’un roman, il est représentatif de la jeunesse de Taiwan des années 90.


'The Road Home', l'amour à la campagne

article thumbnail

«The Road Home » fait partie des films qui ont façonner la réputation internationale de Zhang Yimou. C'est aussi le long métrage qui a révélé l'actrice Zhang Ziyi au monde.


Maggie Cheung, icône du cinéma malgré elle

article thumbnail

Avec plus de 70 films aux côtés des plus grands cinéastes à son actif, Maggie Cheung est devenue une véritable icône du cinéma asiatique. Paradoxalement, elle ne s’est jamais sentie actrice [ ... ]


'1911' : le début d'une nouvelle ère en Chine

article thumbnail

Sortie près de cent ans jours pour jours après la Révolution Chinoise, «1911» est une œuvre historique relatant la chute de l'empire Qing. Avec Jackie Chan en tête d'affiche, le film se veut  [ ... ]


Gong Li, l'ambassadrice du cinéma chinois

article thumbnail

Révélée sous la coupe du réalisateur Zhang Yimou, Gong Li ne cesse de faire des étincelles. Devenue une véritable légende du cinéma chinois, l’actrice à la beauté intemporelle est aujour [ ... ]


Annuaire Asie (Japon, Chine, Inde, Coree, Vietnam, Thailande, Cambodge, Laos, ...) < >