Accueil cinéma Réalisateurs Tsui Hark, l'expert du wuxia pian
Tsui Hark, l'expert du wuxia pian PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Nicolas Jucha   
Vendredi, 04 Décembre 2009 02:00

Tsui Hark, l'expert du wuxia pian

Initiateur de la série «Il était une fois en Chine», Tsui Hark fait partie des plus grands réalisateurs hongkongais de ces deux dernières décennies. Spécialiste du wuxia pian, on lui doit également les films «The Blade» et «Seven Swords».

Tsui Hark

(徐克Xú Kè en chinois mandarin)
n
é au Viêt Nam le 2 janvier 1951
Réalisateur, producteur, scénariste et accessoirement acteur hongkongais

Une première caméra à 10 ans, un diplôme aux Etats-Unis

Né au Viêtnam le 2 janvier 1951, Tsui Hark est l’une des personnalités les plus connues du cinéma hongkongais des deux dernières décennies. Très tôt attiré par le monde de l’image, il aurait acheté une caméra 8 mm avec des amis vers ses 10 ans. Une manière comme une autre de faire ses premiers pas...

Parti à Hongkong en 1966, il va ensuite faire des études de cinéma aux Etats-Unis dans les années 70, notamment à l’Université du Texas (à Austin) où il est diplômé en 1975. Il vit ensuite à New York où il participe à un documentaire sur l’histoire de Chinatown, édite un journal local et anime un groupe de théâtre tout en ayant le temps de travailler pour une chaîne câblée sinophone.

Des premiers films aggressifs

En 1977, il décide de retourner à Hongkong, d’où il va lancer sa carrière de réalisateur. Il commence sur le petit écran jusqu’à 1979, année où il signe son premier film pour le cinéma : «Butterfly Murders». Le long métrage n’est pas un succès majeur, mais est annonciateur des prédispositions de Tsui Hark pour le wuxia pian, le genre capes et épées à la sauce chinoise.

Tout autant excentrique que son premier film, «We’re going to eat you» en 1980 se classe plus dans le style horreur, et n’est pas voué à rester dans les annales du cinéma. La même année, Tsui Hark sort «L’enfer des armes», un nouveau film ultra violent qui ne rencontre pas un succès commercial mais doit plutôt faire face à la censure.

Qu’on ne s’y trompe pas, ces trois premiers films ont beau ne pas être de succès dans les salles, le jeune metteur en scène vient de séduire les critiques qui voient en lui un style nouveau. Sa carrière prend d’ailleurs un tournant majeure en 1981 lorsqu’il entre dans la société de production de Karl Maka, Cinema City.

1981, le tournant commercial de Tsui Hark

Un réalisateur légendaireTsui Hark met de côté son style provocateur pour se tourner vers des longs métrages plus conventionnels. Le succès est au rendez-vous avec des titres comme «All the Wrong Clues for the Right Solution».

En 1983, le film «Zu, les guerriers de la montagne magique» marque un nouveau tournant dans son style, car il essaye d’importer la science des effets spéciaux hollywoodiennes dans un film de combat hongkongais. Le film est une véritable innovation par rapport à ce qui se fait à l’époque dans la colonie britannique...

 

1984 : Workshop Film, Tsui Hark s’achète une indépendance artistique

Afin d’être plus libre et donner libre cour à ses nombreuses idées, il fonde sa propre maison de production dès 1984 : Workshop Film. S’il se fait une réputation de producteur intrusif dans le travail des autres, il arrive néanmoins à quelques coups d’éclats et succès dans les salles : «Le syndicat du crime» de John Woo ou «Histoire de fantômes chinois» de Ching Siu Tung s’installent comme des classiques du cinéma hongkongais.

Très vite, Tsui Hark obtient la réputation justifiée d’aimer revisiter les styles traditionnels et leur rendre un second souffle avec des films qu’il réalise lui-même comme «Shanghai Blues» (comédie musicale) en 1985, «The Lovers» (comédie romantique) en 1994...

Il était une fois en Chine et l’Epée de la vengeance, Tsui Hark au summum

Il était une fois en Chine, l'un des chefs d'oeuvre de Tsui HarkMais l’oeuvre la plus aboutie de Tsui Hark à ce jour reste pour beaucoup les trois premiers volets de la série «Il était une fois en Chine», avec Jet Li dans le rôle vedette du personnage historique Wong Fei Hong. Le réalisateur y exprime son goût pour l’histoire chinoise et son fort patriotisme. Le résultat en vaut la peine puisque pour beaucoup, la série fait partie des films à ne pas manquer dans le cinéma d’arts martiaux....

Visiblement doué pour le wuxia pian et les films d’arts martiaux, Tsui Hark s’offre un nouveau succès en 1995 avec «The Blade». Aussi appelé «L’épée de la vengeance», le film retrace l’histoire classique de l’épéïste manchot dans «Un seul bras les tua tous» de Chang Cheh en 1967... Il s’agit encore à ce jour du deuxième grand chef d’oeuvre pour le réalisateur né au Vietnam.

Une triste parenthèse américaine

Dans la seconde moitié des années 90, Tsui Hark traverse un passage à vide quand il s’essaye au cinéma américain et à Hollywood. En résultent deux films, «Double Team» et «Pièges à Hongkong» avec Jean-Claude Van Damme en acteur principal... Deux longs métrages qui ne resteront pas dans les annales ni dans la mémoire du réalisateur hongkongais, lequel n’insiste pas et repart au pays...

Seven Swords, mieux que Hero ou Tigre et Dragon ?

Ce qui lui réussit plutôt bien puisqu’il signe un nouveau succès en 2000 avec «Time and Tide», un polar récompensé au Festival de Venise la même année. Son dernier ouvrage notable, «Seven Swords», inspiré d’un roman célèbre de Liang Yusheng, a divisé les critiques : certains n’y voient qu’une succession de violences sans but, d’autres au contraire considèrent le film comme un nouveau chef d’oeuvre du wuxia pian, supérieurs aux blockbusters «Tigre et Dragon» ou «Hero»...

Récompenses

Prix du meilleur réalisateur lors des Hong Kong Film Awards 1992, pour Il était une fois en Chine.

Filmographie

Réalisateur

1979 : The Butterfly Murders (Die bian)

1980 : We're Going to Eat You (Diyu wu men)

1980 : L'Enfer des armes (Di yi lei xing wei xian)

1981 : All the Wrong Clues for the Right Solution (Gui ma zhi duo xing)

1983 : Zu, les guerriers de la montagne magique (Suk san: Sun Suk san geen hap)

1983 : Search for the Gods

1984 : Mad Mission III : Our Man from Bond Street (Zuijia paidang zhi nuhuang miling)

1984 : Shanghai Blues (Shanghai zhi ye)

1985 : King Worker

1985 : Working Class (Da gung wong dai)

1986 : Peking Opera Blues (Do ma daan)

1986 : Spirit Chaser Aisha (Liegui Aisha) (série TV)

1988 : Diary of a Big Man (Daai jeung foo yat gei)

1989 : The Master (Long xing tian xia)

1989 : Le Syndicat du crime 3 (英雄本色III, Yinghung bunsik III)

1990 : Swordsman (Xiaoao jiang hu)

1991 : Il était une fois en Chine (Wong Fei-hung)

1991 : The Banquet (Haomen yeyan)

1991 : The King of Chess (Kei Wong)

1991 : Histoire de fantômes chinois 3 (Sinnui yauwan III: Do do do)

1991 : The Raid (Cai shu zhi huang sao qian jun)

1991 : Swordsman 2 (Xiao ao jiang hu zhi dong fang bu bai) (réalisateur officieux)

1992 : L'auberge du dragon (Xin long men ke zhan) (non crédité)

1992 : Il était une fois en Chine 2: la secte du lotus blanc (Wong Fei-hung ji yi: Naam yi dong ji keung)

1992 : Double Dragon (Shuang long hui) (co-réalisé avec Ringo Lam)

1993 : Il était une fois en Chine 3: le tournoi du Lion (Wong Fei-hung tsi sam: Siwong tsangba)

1993 : Green Snake (Ching Se)

1994 : Il était une fois en Chine 5: Dr Wong et les pirates (Wong Fei-hung zhi wu: Long cheng jian ba)

1994 : The Lovers (Leung juk)

1995 : Le Festin chinois (Jin yu man tang)

1995 : Love in the Time of Twilight (Hua yue jia qi)

1995 : L'Épée de la vengeance (Dao)

1996 : Tristar (Da san yuan)

1997 : Double Team

1997 : A chinese ghost story (film d’animation)

1998 : Piège à Hong Kong (Knock Off)

2000 : Time and Tide (Seunlau ngaklau)

2001 : La Légende de Zu (Shu shan zheng zhuan)

2002 : Black Mask 2: City of Masks (Hak hap 2)

2005 : Seven Swords

2006 : The Warrior (film d’animation)

2007 : Triangle (co-dirigé avec Ringo Lam et Johnny To)

2008 : Missing

2008 : All about women

Acteur :

1983 : All The Wrong Spies

1985 : In The Line Of Duty alias Yes Madam ! (皇家師姐 huáng jiā shī jiě) avec Michelle Yeoh

1985 : Run, Tiger Run

1987 : The final Victory (最後勝利 zuì hòu shēng lì)

1988 : I Love Maria (鐵甲無敵瑪莉亞tiě jiǎ wú dí mǎ lì yà)

 
Bookmark and Share
Accueil cinéma Réalisateurs Tsui Hark, l'expert du wuxia pian
billet avion
'You are the apple of my eye', ou les chroniques d'une jeunesse taïwanaise

article thumbnail

«You are the apple of my eye» est le succès taïwanais de l’année 2011. Adapté d’un roman, il est représentatif de la jeunesse de Taiwan des années 90.


'The Road Home', l'amour à la campagne

article thumbnail

«The Road Home » fait partie des films qui ont façonner la réputation internationale de Zhang Yimou. C'est aussi le long métrage qui a révélé l'actrice Zhang Ziyi au monde.


Maggie Cheung, icône du cinéma malgré elle

article thumbnail

Avec plus de 70 films aux côtés des plus grands cinéastes à son actif, Maggie Cheung est devenue une véritable icône du cinéma asiatique. Paradoxalement, elle ne s’est jamais sentie actrice [ ... ]


'1911' : le début d'une nouvelle ère en Chine

article thumbnail

Sortie près de cent ans jours pour jours après la Révolution Chinoise, «1911» est une œuvre historique relatant la chute de l'empire Qing. Avec Jackie Chan en tête d'affiche, le film se veut  [ ... ]


Gong Li, l'ambassadrice du cinéma chinois

article thumbnail

Révélée sous la coupe du réalisateur Zhang Yimou, Gong Li ne cesse de faire des étincelles. Devenue une véritable légende du cinéma chinois, l’actrice à la beauté intemporelle est aujour [ ... ]


Annuaire Asie (Japon, Chine, Inde, Coree, Vietnam, Thailande, Cambodge, Laos, ...) < >