Accueil culture Livres Personnages de la littérature chinoise : Song Jiang, le Héraut de Justice (Au bord de l'eau)
Personnages de la littérature chinoise : Song Jiang, le Héraut de Justice (Au bord de l'eau) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Nicolas Jucha   
Vendredi, 20 Novembre 2009 10:05

Personnages de la littérature chinoise : Song Jiang, le Héraut de Justice (Au bord de l'eau)

Leader des 108 héros du Mont Liang, Song Jiang est le personnage principal du roman «Au bord de l'eau». Sans être un merveilleux combattant ni un lettré au savoir immense, il impose le respect à ses 107 frères d'armes, qui loue sa noblesse d'âme, son sens de la justice et sa loyauté.

A voir également


Roman dont le personnage fait partie : Au bord de l'eau, de Shi Nai'an

Fiche du personnage

Nom : Sòng Jiāng (宋江)

Surnom en français : le Héraut de Justice ou Pluie Opportune
Surnom en anglais : The Timely Rain Defender of Chivalry
Surnom en chinois : jí shí yǔ (及时雨)

Position dans la bande du Mont Liang : leader et premier astre céleste
Chapitres où il apparaît : 18, 20 à 23, 32 à 44, 47 à 54, 56 à 60, 64, 65, 68 à 75, 79, 80, 83 à 100
Chapitre où il quitte l'histoire : 100 (assassiné par les ministres corrompus de l'empereur)

Song Jiang, la Pluie Opportune

Song Jiang, la Pluie OpportuneDes 108 héros du roman «Au bord de l'eau», Song Jiang est incontestablement le plus important. S'il n'apparaît qu'au 18e chapitre et intègre la bande de Liangshan encore bien plus tard, cet ancien fonctionnaire modeste devient rapidement le leader des 108 redresseurs de torts.

Dans la «Fraternité des Braves», il est connu est respecté de tous comme «la Pluie Opportune», un homme filial, intègre et épris de justice. Personne, si ce n'est les cadres corrompus de l'administration des Song, n'ignore sa noblesse d'âme, et ainsi, malgré son apparence d'homme simple, il est admiré de tous.

Mais lui, au contraire, ne se pense pas méritant de tant d'éloges : il n'est qu'un petit fonctionnaire, pas un grand guerrier, ni un érudit lettré, encore moins un homme au physique avantageux. Il a une apparence bien moins impressionnante que d'autres héros tel Wu Song, Lin Chong ou Guan Sheng. Pourtant, il sera désigné sans la moindre contestation comme le chef du mouvement rebelle de Liangshan.

Le fils spirituel de Chao Gai

Homme filial, comme le montre son attitude envers sa famille, Song Jiang est aussi un ami indéfectible. Il est particulièrement proche de deux personnages dans le récit : son opposé Li Kui (une brute redoutable prête à mourir pour Song Jiang), et son mentor Chao Gai.

A son arrivée au Mont Liang, il devient d'ailleurs le second de ce dernier. A la mort de Chao Gai, Song Jiang prend le siège de chef des 108 brigands, mais non sans conserver la tristesse d'un fils ayant perdu son père.

Un modeste fonctionnaire devenu criminel malgré lui

Sa vie bascule une première fois lorsqu'il prend le risque d'aider Chao Gai et six autres héros du roman, coupables d'avoir volé les cadeaux d'anniversaire destinés au ministre corrompu Cai Jing.

Son épouse infidèle, Yan Poxi, menace de le dénoncer aux autorités lorsqu'elle découvre une lettre de remerciement signée Chao Gai à l'attention de Song Jiang. Tuant sa femme en essayant de récupérer le document, Song Jiang n'a alors plus d'autre choix que de devenir un rebelle.

Après s'être échappé à Cangzhou, puis avoir rencontré Chai Jin, il se rend à Qinfeng pour voir son ami Hua Rong. Mais il est fait prisonnier par Liu Gao, avant d'être sauvé par les bandits du Mont Qingfeng.

Refusant d'intégrer quelconque bande, il décide un jour de retourner voir sa famille, dont il a reçu une lettre annonçant le décès de son père. Il est une nouvelle fois attrapé par les autorités, et exilé à Jiangzhou.

Là-bas, pour avoir écrit un poème rebelle alors qu'il était ivre, il est condamné à mort. Mais les bandits de Liangshan le sauvent une nouvelle fois et le persuadent de se joindre à eux. Nommé second de Liangshan derrière Chao Gai, c'est lui qui va mener la plupart des expéditions armées contre les famille Zhu, Zeng ou contre d'autres bandes rivales.

C'est sa foi envers l'empereur qui mènera à la perte des 108 héros, et en même temps, leur assurera une postérité sans égal. Il semblerait qu'il avait suffisamment de puissance et de popularité pour usurper le trône impérial, ce qu'il se refusa néanmoins à faire, préférant être amnistiés avec ses frères d'armes puis se battre au nom de l'empereur de la dynastie Song.

Fidélité excessive à la dynastie Song ?

Song Jiang, fidèle à l'empereur jusqu'à la mortSon attitude chevaleresque a suscité le respect de la population, et permis d'attirer d'excellentes recrues comme Guan Sheng ou Huyan Zhuo, frappés par la noblesse d'esprit de Song Jiang.

Parmi les bandits de Liangshan, il est celui dont la fidélité à l'empereur est sans borne : bien que puissant dans sa situation de rebelle, il n'espère qu'une amnistie de l'empereur pour rentrer à son service. Cette volonté créera plusieurs fois des disputes au sein des brigands, mais finalement, tous le suivront dans chacune de ses décisions tellement leur estime pour lui est grande.

Song Jiang suivra sa ligne de conduite jusqu'à la mort, en dépit du traitement injuste des mandarins à l'égard de ses hommes, et des lourdes pertes enregistrées lors de la campagne contre le rebelle du sud Fang La (ou Fang Xi).

Alors que ses frères d'armes, lassés du manque de reconnaissance de l'empereur suite à la campagne victorieuse contre les Tartars, évoqueront la possibilité de retourner dans la clandestinité, Song Jiang refusera catégoriquement.

L'une de ses paroles résume bien sa loyauté envers son pays et son empereur : «la dynastie Song peut me trahir si elle le veut, je ne trahirai jamais la dynastie Song». Or, il avait largement les moyens de devenir empereur.

La fin tragique de Song Jiang, dans laquelle il emporte Li Kui volontairement, a suscité beaucoup de critiques du public chinois aujourd'hui : selon beaucoup, il aurait dû s'en prendre à l'empereur ou alors tuer ses opposants tels Gao Qiu ou Cai Jing.

Mais il faut admettre que sa grande détermination lui permettra d'arriver à ses fins : laisser à sa postérité et celles de ses amis une gloire éternelle. Pour lui, il s'agissait là du plus important...

Critiques à l'égard du personnage de Song Jiang

Pour une grande partie de lecteurs chinois, Song Jiang n'est pas, et de loin, le personnage le plus charismatique du roman «Au bord de l'eau». Lin Chong, Wu Song ou encore Yan Qing sont beaucoup plus appréciés grâce à leur talent martial et leur parcours héroïque.

A contrario, beaucoup de Chinois ont une opinion critique à l'égard de Song Jiang, qu'ils accusent de traîtrise à l'égard de ses frères d'armes : c'est en effet en étant au service de l'empereur, et plus particulièrement lors d'une campagne militaire contre un rebelle du nom de Fang La (ou Fang Xi), que le groupe va commencer à s'affaiblir et se diviser.

Il lui est aussi reproché d'avoir tué Li Kui, en lui faisant boire le même vin que celui avec lequel il fut empoisonné. Beaucoup de lecteurs chinois estiment à ce titre la fin du roman irréaliste, car Song Jiang aurait pu assurer une meilleure situation à ses compagnons.

Le Song Jiang historique

Le personnage du rebelle Song Jiang est mentionné dans des textes historiques portant sur la période du règne de l'empereur Huizong des Song. Les différentes sources divergent néanmoins sur les zones d'opérations de Song Jiang et sa bande, ainsi que sur ce qu'il est advenu de lui.

Il existe un texte évoquant la proposition d'un officiel d'offrir l'amnistie impériale à Song Jiang (comme dans le roman), mais aucune information n'est disponible sur la réponse de l'empereur. Il est plus communément accepté que la révolte de Song Jiang a été difficilement matée vers 1121... On ne sait rien sur la situation de Song Jiang après sa reddition.
 
Bookmark and Share
Accueil culture Livres Personnages de la littérature chinoise : Song Jiang, le Héraut de Justice (Au bord de l'eau)
billet avion
L'humour français et l'Empire du milieu

article thumbnail

Les Français et les Chinois aiment à plaisanter. Pour autant, ce qui fait rire les uns ne fait pas forcément rire les autres… surtout lorsqu’on touche à un élément essentiel de la culture ch [ ... ]


Annuaire Asie (Japon, Chine, Inde, Coree, Vietnam, Thailande, Cambodge, Laos, ...) < >