Accueil culture Livres Personnages de la littérature chinoise : Yan Qing, le Prodige (Au bord de l'eau)
Personnages de la littérature chinoise : Yan Qing, le Prodige (Au bord de l'eau) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Nicolas Jucha   
Vendredi, 29 Janvier 2010 22:57

Personnages de la littérature chinoise : Yan Qing, le Prodige (Au bord de l'eau)

Jeune, beau, talentueux en arts, guerrier redoutable et grande sagesse... Yan Qing apparaît comme un idéal de perfection dans «Au bord de l'eau». S'il n'est pas le personnage le plus présent du roman, il reste l'un des plus populaires en raison de sa fidélité sans faille à son mentor et sa valeur morale.

A voir également


Roman dont le personnage fait partie : Au bord de l'eau, de Shi Nai'an

Fiche du personnage

Nom : Yàn Qīng (燕青)

Surnom en français :  le Prodige (l'insaisissable, si l'on se base sur son surnom en chinois)

Surnom en anglais : The prodigy (ou The Vagrant)
Surnom en chinois : làng zǐ 浪子

Position dans la bande du Mont Liang : 36e astre céleste, fils adoptif et bras droit de Lu Junyi
Chapitres où il apparaît : 61, 62, 67, 72-74, 81, 84, 90, 91, 99
Chapitre où il quitte l'histoire : 99 (quitte la bande pour mener une vie paisible loin des intrigues de la cour)

Le prodige du Mont Liang

Le prodige du Mont LiangAu sein des 108 héros de Liangshan, Yan Qing fait figure d'homme parfait : jeune, physique avantageux, talent dans de nombreux domaines comme la musique, le chant ou encore les arts martiaux. Et surtout, malgré son jeune âge, il fait partie des membres les plus rusés et sage de la bande de Song Jiang...

Même l'auteur Shi Nai'an semble en admiration lorsqu'il explique que Yan Qing n'est que le 36e astre céleste, mais à la valeur de tous ceux qui le précèdent. Cette remarque élogieuse a lieu lorsque le jeune homme parvient à résister aux avances de la maîtresse de l'empereur, Li Shishi, afin de mener à bien sa mission, à savoir obtenir une amnistie pour lui et ses frères d'armes. Séduire la favorite du Fils du Ciel puis lui résister, là est un exploit qui montre le contrôle de soi dont fait preuve ce personnage tout au long du roman.

Le corps tatoué, clair de peau, Yan Qing apparaît dans le récit lorsque Song Jiang et ses hommes cherchent à recruter son mentor, Lu Junyi. Ce dernier a recueilli Yan Qing enfant, lequel avait perdu ses  parents. Rapidement, le jeune homme est devenu son bras droit, voire un véritable fils. Un fils qui s'avère sage et fidèle lorsqu'il met en garde son maître contre le piège tendu par Wu Yong pour l'attirer au Mont Liang, ou lorsqu'il n'hésite pas à affronter la solitude pour sauver Lu Junyi, trahi par sa propre épouse et son intendant Li Gu.

Champion d'arts martiaux

Yan Qing terrassant Ren YuanAlors que ce dernier a dénoncé Lu Junyi aux autorités pour une pseudo rébellion, puis payé les gardes chargés d'escorter ce dernier en exil pour l'assassiner, Yan Qing réapparaît. Celui-ci utilise alors son arme de prédilection, une arbalète, pour abattre les deux gardes et secourir Lu Junyi. Mais les troupes gouvernementales retrouvent leurs traces, et Yan Qing n'a d'autre choix que d'abandonner provisoirement son mentor pour chercher secours auprès des bandits du Mont Liang.

Conscients qu'ils sont responsables de la situation de Lu Junyi, et désireux de recruter ce dernier et son incroyable protégé, ils n'hésitent pas à se rendre à Damingfu (Pékin) pour affronter les troupes impériales. Et sauver ainsi Lu Junyi, mais aussi Shi Xiu, un héros de la bande rencontré peu avant par Yan Qing et ayant risqué sa vie pour retarder l'exécution.

Devenu membre de la bande du Mont Liang, Yan Qing va régulièrement s'illustrer par son intelligence, son charisme, et surtout ses aptitudes en combat. Spécialiste en lutte, il est l'un des seuls à pouvoir réellement se faire craindre par le bestial Li Kui, qu'il emmène avec lui lors d'une compétition d'arts martiaux à Taian Zhou. Là-bas, il souhaite se mesurer au redoutable Ren Yuan, et fait volontairement profil bas pendant plusieurs jours pour mettre ce dernier en confiance.

Porte parole des bandits de Liangshan auprès de l'Empereur

Porte parole des bandits auprès de l'EmpereurLe jour du tournoi, Yan Qing se propose pour affronter le célèbre lutteur. La beauté de Yan Qing trouble les juges et magistraux présents : quel gâchis ce serait de voir un si beau jeune homme mourir sous les coups d'une brute épaisse... Malgré une proposition apparemment avantageuse, à savoir le déclarer vainqueur par égalité sans se battre, Yan Qing insiste pour se mesurer à Ren Yuan, et parvient à le vaincre sans difficulté...

Mais le gouvernement, persuadés que des bandits du Mont Liangshan seraient présents pour la compétition, ont préparé un guet-apens : une véritable bataille a lieu, durant laquelle Yan Qing et Li Kui -qui a profité de la cohue pour fracasser le crâne de Ren Yuan- s'échappent de justesse.

Plus tard dans le récit, Yan Qing intervient quand Song Jiang souhaite obtenir une amnistie impériale pour lui et ses hommes. Yan Qing, de part son apparence avantageuse et son intelligence, est la personne idéale pour servir de relais entre la bande et Li Shishi, la prostituée préférée de l'empereur. Celle-ci est rapidement séduite par Yan Qing, mais ce dernier parvient à ne pas se détourner de sa mission et rencontre enfin le Fils du Ciel, qui lui écrit une amnistie personnelle et ouvre la porte à un retour dans le giron impérial des 108 bandits.

Le choix de la sagesse : refuser les honneurs au profit d'une vie secrète

Un homme libre comme l'airAprès la réhabilitation des héros de Liangshan, Yan Qing va grandement contribuer au succès des différentes compagnes militaires. Lors de la dernière, face aux armées de Fang La. le jeune homme va accompagner Chai Jin dans une mission d'infiltration parmi les fidèles du rebelle du sud.

Yan Qing fera partie des rares survivants des campagnes militaires de la bande à Song Jiang, et refusera de rentrer dans la capitale pour obtenir richesse et poste officiel : il a trop conscience que les intrigues de la cour persistent, et que la jalousie de puissants officiels finiront pas lui nuire. Il décide donc de se retirer et invite son mentor Lu Junyi à le suivre. Celui-ci n'aura pas la même sagesse que son protégé, dont le reste de l'existence est un mystère.

Il aurait vécu ensuite une vie tranquille, et la légende lui attribue même la paternité d'un art martial, le Mizongyi, aussi appelé Yan Qing Quan (La Boxe de Yan Qing). C'est cet art que pratiquait le célèbre Huo Yuanjia, incarné par Jet Li dans le film "Le maître d'armes".

Comme le dit Shi Nai'an au coeur du livre, Yan Qing est un personnage remarquable malgré son statut relativement bas (36e et dernier astre céleste). Il faut croire que la perfection et la liberté d'esprit qu'il représente -son surnom chinois, souvent traduit par «Enfant prodigue» doit être compris comme «L'insaisissable»- ne concorde pas avec une haute responsabilité dans la bande du Mont Liang.
 
Bookmark and Share
Accueil culture Livres Personnages de la littérature chinoise : Yan Qing, le Prodige (Au bord de l'eau)
billet avion
L'humour français et l'Empire du milieu

article thumbnail

Les Français et les Chinois aiment à plaisanter. Pour autant, ce qui fait rire les uns ne fait pas forcément rire les autres… surtout lorsqu’on touche à un élément essentiel de la culture ch [ ... ]


Sélection de clips vidéos : Eason Chan, le troisième dieu de la chanson

article thumbnail

Considéré à Hong Kong comme le troisième dieu de la chanson après Samuel Hui et Jacky Cheung, Eason Chan est aujourd'hui l'une des plus grandes stars du monde chinois. Le jeune homme chante aussi [ ... ]


Eason Chan, dieu de la chanson hongkongaise

article thumbnail

Depuis 1997, la grande star de l'industrie musicale hongkongaise s'appelle Eason Chan. Commercial autant que critique, le succès de ce chanteur est total dans l'ancienne colonie britannique, mais aus [ ... ]


Annuaire Asie (Japon, Chine, Inde, Coree, Vietnam, Thailande, Cambodge, Laos, ...) < >