Personnages de la littérature chinoise : Qin Ming, La Foudre (Au bord de l'eau) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Nicolas Jucha   
Mardi, 24 Novembre 2009 13:34

Personnages de la littérature chinoise : Qin Ming, La Foudre (Au bord de l'eau)

Grand guerrier armé d'une masse d'armes dentée, Qin Ming est l'un des plus redoutables combattants au sein des 108 héros de Liangshan. Surnommé «La Foudre», il se distingue par un tempérament volcanique, une voix forte et un courage sans faille.

A voir également


Roman dont le personnage fait partie : Au bord de l'eau, de Shi Nai'an

Fiche du personnage

Nom : Qin Ming (秦明)

Surnom en français : La Foudre
Surnom en anglais : The Thunderbolt
Surnom en chinois :  pī lì huǒ (霹雳 火)

Position dans la bande du Mont Liang : 7e astre céleste
Chapitres où il apparaît : 34, 35, 48, 52, 58, 63, 64, 68, 76, 87, 98
Chapitre où il quitte l'histoire : 98 (tué en pleine bataille par les généraux Fang Jie et Du Wei)

Un guerrier redoutable, un tempérament volcanique

Un guerrier redoutable, un tempérament volcaniqueCommandant des troupes impériales de Qingzhou au début du roman «Au bord de l'eau», Qin Ming fait partie des guerriers les plus redoutables et valeureux de l'histoire. Son arme de prédilection est la masse dentée, avec laquelle il explose bon nombre de boites crâniennes au fil du récit.

Son surnom, la Foudre, lui vient de ses qualités au combat, mais également de son tempérament volcanique et sa forte voix. Entre le yin et le yang, Qin Ming est purement constitué de la seconde polarité.

Qin Ming apparaît dans l'histoire lorsque le célèbre archer Hua Rong décide d'aider Song Jiang et ainsi entrer dans la clandestinité. Apprenant que le commandant du Fort Qingfeng s'est rebellé, Qin Ming se porte volontaire pour attaquer le repère des bandits du Mont Qingfeng avec ses hommes.

Hua Rong connaît parfaitement le tempérament et la puissance de Qing Ming : l'affronter de face serait suicidaire, mettre à l'épreuve sa subtilité et sa patience beaucoup plus efficace... Lors de l'assaut, les bandits de Qingfeng s'arrangent donc pour donner l'impression de plier sous l'attaque des troupes impériales, et se réfugient dans leur montagne.
Mais de là, ils vont s'arranger pour éviter tout affrontement direct et attirer les soldats de Qin Ming aux quatre coins de leur forteresse. Ce jeu du chat et de la souris n'a pour autre objectif d'épuiser physiquement et moralement l'adversaire : Qin Ming nous apparaît alors furieux et dépassé, il sera parla suite pris dans une embuscade...

Poussé dans la clandestinité

L'un des chefs de la cavalerie de Song JiangSong Jiang et Hua Rong vont traiter leur prestigieux captif avec égard, et lui demander de se joindre à eux pour faire rétablir l'ordre et la justice dans le pays. Loyal à la dynastie Song jusque dans la mort, Qin Ming refuse poliment, et se fait escorter à l'extérieur de la forteresse après avoir accepté de festoyer une nuit avec les bandits.

Mais ceux-ci avaient prévu la réaction de la «Foudre»... Quand Qin Ming se retrouve aux portes de Qingzhou le lendemain, les environs sont ravagés par les séquelles d'un raid militaire, et les portes de la ville sont fermées.

Du haut de la muraille, le gouverneur de Qingzhou, Murong, s'adresse à Qin Ming sur un ton réprobateur : il lui reproche de s'être rebellé et d'avoir mené une attaque contre la ville avec ses hommes la nuit précédente

La famille entière de Qin Ming a été exécutée en représailles, et l'on exhibe devant lui la tête de son épouse... Il n'a plus d'autre choix que de s'enfuir, et de retourner auprès des bandits de Qingfeng.

Dans les faits, c'est Song Jiang qui avait ordonné à plusieurs de ses hommes de se déguiser en troupes impériales, avec un homme muni des équipements de Qin Ming, pour attaquer Qingzhou et ainsi forcer le valeureux guerrier à devenir l'un des leurs.

Quand ce dernier apprend le stratagème, il est furieux, mais se range finalement au choix de la raison et devient l'un des hommes de Song Jiang. En retour, son nouveau frère d'armes, Hua Rong, lui offre sa jeune soeur en mariage...

L'un des chefs de la cavalerie de Song Jiang

La Foudre va rapidement s'illustrer par un premier fait d'armes avec la prise du Fort de Qingfeng. Ce n'est personne d'autre que son disciple Huang Xin qui a pris le contrôle du lieu depuis la défection de Hua Rong.

Qin Ming se rend seul sur place pour le rencontrer, et le persuade d'intégrer la bande de Song Jiang. Finalement, Huang Xin décide de suivre son mentor et laisse les troupes de Song Jiang pénétrer le fort.

Ensemble, le groupe retourne ensuite à Liangshan, offrant 6 nouveaux chefs au groupe de bandits alors menés par Chao Gai : Qin Ming, Hua Rong, Huang Xin, et les trois leaders du Mont Qingfeng, Yan Shun, Zheng Tianshou et Wang Ying.

Qin Ming va devenir l'un des 5 Tigres, ou grands généraux de la cavalerie de Song Jiang. Il s'illustrera dans de nombreuses batailles, en particulier en remportant des duels contre des généraux adverses.

Après qu'une amnistie ait été accordée à Song Jiang et l'ensemble de sa bande, Qin Ming va suivre ses frères d'armes dans leurs expéditions au nom de l'empereur : s'illustrant pour ses qualités sur le champ de bataille, il périra injustement lors de la bataille contre les hommes du rebelle Fang La à Qingxi.

Pendant les hostilités, il va affronter Fang Jie, l'un des meilleurs combattants adverses, dans une opposition survoltée mais sans vainqueur. Jusqu'à ce qu'un deuxième général, Du Wei, lui lance un couteau. Si Qin Ming parvient à éviter l'arme de jet, son opposant initial, Fang Jie, saisira l'occasion pour le transpercer avec sa lance.
 
Bookmark and Share
billet avion
L'humour français et l'Empire du milieu

article thumbnail

Les Français et les Chinois aiment à plaisanter. Pour autant, ce qui fait rire les uns ne fait pas forcément rire les autres… surtout lorsqu’on touche à un élément essentiel de la culture ch [ ... ]


Annuaire Asie (Japon, Chine, Inde, Coree, Vietnam, Thailande, Cambodge, Laos, ...) < >