Personnages de la littérature chinoise : Lu Zhishen, le Bonze-Tatoué (Au bord de l'eau) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Nicolas Jucha   
Dimanche, 06 Décembre 2009 16:28

Personnages de la littérature chinoise : Lu Zhishen, le Bonze-Tatoué (Au bord de l'eau)

Lu Zhishen fait partie des personnages les plus populaires de la littérature chinoise. Doté d'une force surhumaine, d'un courage sans bornes et d'un puissant sens de la justice, il s'avère également capable de la plus grande compassion. Malgré son caractère impulsif, un destin incroyable l'attend...

A voir également


Roman dont le personnage fait partie : Au bord de l'eau, de Shi Nai'an

Fiche du personnage

Nom : Lǔ Zhìshēn (魯智深)

Surnom en français : le Bonze Tatoué
Surnom en anglais : Flowery Monk
Surnom en chinois : huā hé shang 花和尚

Position dans la bande du Mont Liang : 13e astre céleste
Chapitres où il apparaît :  3 à 9, 17, 57 à 59, 72, 90, 99
Chapitre où il quitte l'histoire : 99 (atteint l'illumination)

Une force de la nature douée de compassion

Une force de la nature douée de compassionDes nombreux personnages du roman «Au bord de l'eau», Lu Zhishen fait partie des plus singuliers et attachants. Doté d'un caractère entier, il incarne à lui seul de nombreuses valeurs mises en avant par les héros du récit : la loyauté, le courage, le sens de la justice...

En contre partie, il a également une fâcheuse tendance à agir avant de réfléchir, ce qui crée parfois des situations compliquées et l'obligera à passer dans la clandestinité. Son habilité au combat, et sa puissance surtout, le rendent capable des plus grands exploits. Il est ainsi comparable à Li Kui, une autre énorme brute, à la seule différence que Lu Zhishen fait preuve de réelles qualités humaines comme la compassion.

Il est le premier héros du roman dont on suit sur plusieurs chapitres le cheminement personnel et les exploits. Ceux-ci sont légions, et constituent des aspects mémorables du roman : l'abandon de sa carrière officielle pour avoir tué un tyran à mains nues, le déracinement d'un arbre à mains nues, le sauvetage d'autres héros (Lin Chong puis Wu Song), et enfin la capture de l'un des plus grands ennemis des 108 héros du Mont Liang puis l'illumination...

Un conte populaire extérieur au roman «Au bord de l'eau» le présente comme frère juré de Zhou Tong, le professeur de tir à l'arc du célèbre Yue Fei. Il est sans conteste parmi les personnages les plus populaires et célèbres de l'intrigue.

Protecteur de la veuve et l'orphelin

Initialement nommé Lu Da (魯達), Lu Zhishen est originaire du Guangxi, et travaille comme policier à Wenzhou. Il apparaît dans l'histoire quand Shi Jin, un héros dont les chapitres précédents parlent, est devenu hors la loi et arrive à Weizhou. Il y rencontre son ancien professeur d'arts martiaux, Li Zhong.

Tous deux finissent en compagnie de Lu Zhishen, qui en les invitant au restaurant, va rencontrer une famille, la jeune Jin Cuilian et son père, tyrannisée par Zheng le Boucher, lequel se fait appeler «Le seigneur de l'ouest».

Révolté par l'injustice, Lu Da veut offrir de l'argent à ses deux nouveaux protégés. Hélas, il a peu de liquide sur lui et demande à ses deux compagnons de l'avancer. Frustré par le manque de générosité de Li Zhong, il est au contraire heureux de la générosité de Shi Jin, qui lui indique ne pas attendre de remboursement.

Jin Cuilian et son père capable de s'enfuir grâce à l'argent obtenue, le policier s'en va confronter Zheng le boucher. Après avoir humilié ce dernier en public, Lu Zhishen le tue dans un accès de colère avec seulement trois coups de poing.

Moine par défaut

Moine par défautAfin d'éviter l'arrestation, le policier se sauve, laissant derrière lui sa carrière et sa réputation. Son itinéraire clandestin va l'amener à une immense destinée que sa carrière officielle n'aurait pu lui offrir.

Aidé par un ami, le Châtelain Zhao -qui a au préalable recueilli Jin Cuilian et son père- il va se faire accepter au temple du Mont Wutai, entrant par la même occasion dans l'ordre bouddhiste. C'est à ce moment que l'abbé local lui donne le nom de Zhishen, et prédit pour lui un grand futur.

Mais si entrer dans le temple est une chose, y respecter le code de conduite en est une autre. Le nouveau moine se distingue rapidement en finissant régulièrement ivre et en mangeant de la viande, ce qui est pourtant rigoureusement interdit.

Plutôt que de vénérer Bouddha, Lu Zhishen préfère aller voir un forgeron et se faire forger deux armes qui le suivront tout le long du roman : un poignard de 41 kg et un bâton bouddhiste de 31kg. Incrédule, l'artisan s'exécutera...

L'abbé ne peut plus couvrir les actions de Lu quand celui-ci rentre un jour ivre au temple, mange de la viande au milieu de la salle de méditation, ou encore pire, détruit certaines structures et frappe plusieurs moines... Finalement, il sera «muté» dans un temple près de la capitale de l'est, Dong Jing.

Des aventures mémorables

Ses aventures se poursuivent en route pour sa nouvelle affectation. Il porte d'abord secours à la famille Liu, dont la fille est convoitée par le bandit du Mont Taohua, Zhou Tong (à ne pas confondre avec le Zhou Tong qui fut professeur de tir à l'arc de Yue Fei).

Après avoir humilié le hors la loi en combat, il retrouve Li Zhong, qui était devenu au préalable le leader du Mont Tao Hua. Face à Lu Zhishen, ce dernier ne cherche pas les ennuis et persuade Zhou Tong d'abandonner ses ambitions de mariage.

Mais malgré cette concession, Lu est écoeuré par le manque de générosité des bandits et refuse donc d'intégrer leur bande, préférant même s'éclipser discrètement en leur volant au passage une partie de leurs biens.

Par la suite, il retrouve Shi Jin, avec qui il se bat le temps de reconnaître son ami, et ensemble ils vont affronter un duo de bandits que l'on pourrait qualifier de «sataniques». Enfin arrivé dans le temple où il doit servir, Lu Zhishen se retrouve placé responsable d'un jardin à légumes régulièrement pillés par la racaille locale.

Alors que les voyous tentent d'humilier Lu, ils sont pris à leur propre piège et impressionnés par la force de Lu. Ce dernier devient donc leur leader et cherche régulièrement à se donner en spectacle, d'où deux évènements symboliques du roman.

L'ami de Lin Chong

Un personnage qui vit des aventures mémorablesIvre, Lu déracine un arbre à mains nues, un moment révélateur de sa force surhumaine et qui explique sa capacité à manier deux armes aussi lourdes que sa dague et son bâton.

Par la suite, alors qu'il fait une démonstration de son talent au bâton, il reçoit les compliments appuyés d'un remarquable pratiquants d'arts martiaux : Lin Chong. Une amitié profonde va se nouer entre les deux hommes, qui partagent des valeurs similaires et se vouent un grand respect mutuel.

Quand la femme de Lin Chong est convoitée par le fils d'un puissant officiel corrompu, le héros n'a d'autre solution que de se montrer menaçant. Ce qui le conduira à sa perte : un coup monté le fait exiler, et forcera par la suite sa femme au suicide.

En route pour la prison de Cangzhou, Lin Chong se voit maltraité puis menacé de mort par ses deux gardes, qui ont été soudoyés pour l'éliminer discrètement en chemin. Mais alors que l'on croit le héros perdu, un nouvel épisode célèbre du roman  prend place : Lu Zhishen, qui avait secrètement suivi les trois hommes, intervient pour désarmer les deux gardes. Sur l'insistance de Lin Chong néanmoins, Lu Zhishen leur laisse la vie sauve.

Une fois Lin Chong en lieu sûr, Lu va poursuivre son périple et sympathiser avec Sun Erniang et Zhang Qing le Jardinier. Voulant ensuite prendre refuge à la montagne des Deux Dragons, il est refoulé par le leader d'alors, Deng Long. Avec l'aide de Yang Zhi et Cao Zheng, il va néanmoins tuer son nouvel ennemi et conquérir la forteresse.

Le 13e astre céleste

L'histoire se détourne de lui pour se recentrer vers d'autres héros, et il ne réapparaîtra qu'après la défaite de l'armée impériale menée par Huyan Zhuo face à la bande de Liangshan,

Ce dernier va attaquer la forteresse du Mont Taohua, ce qui entraînera la création d'alliances entre les groupes de bandits voisins, dont celui de Lu, puis l'arrivée à la rescousse des héros du Mont Liang.

Après cet épisode, Lu décidera notamment d'intégrer la bande la confrérie formée autour de Chao Gai et Song Jiang. Lu Zhishen va devenir l'un des leaders de l'infantrie de la bande du Mont Liang, et le 13e astre céleste désigné par une manifestation mystique pour restaurer l'ordre et la justice céleste.

On le verra devenir très proche d'un autre héros extrêmement populaire, Wu Song, avec qui il aura
plusieurs missions à mener.

L'illumination pour destination finale

Une statue à l'effigie de Lu Zhishen arrachant un arbreIl va suivre Song Jiang et sa bande dans les campagnes au nom de l'empereur des Song après l'obtention d'une amnistie. Présent face aux Tartars puis contre les rebelles du sud, en particulier Fang La, il aura même une place décisive dans les succès de ses amis.

Lors de l'une des batailles finales, il sauvera la vie de son ami Wu Song, dont le bras sera tranché par l'arme magique de Bao Daoyi, puis sera l'homme qui captura le fugitif Fang La et mettra ainsi fin à la quête des héros du Mont Liang.

A la fin du roman, Lu Zhishen décidera de se retirer du monde matériel en accomplissant la prophétie prédite par son maître abbé : en position de méditation, il laisse son corps mourir et son esprit peut s'évader de sa prison charnelle.

Une fin quelque peu étrange mais avant tout symbolique pour montrer la valeur morale de Lu : même s'il n'a pas suivi les codes de conduite imposés aux moines, il a réalisé sa destinée, et atteint la sagesse ultime...
 
Bookmark and Share
billet avion
L'humour français et l'Empire du milieu

article thumbnail

Les Français et les Chinois aiment à plaisanter. Pour autant, ce qui fait rire les uns ne fait pas forcément rire les autres… surtout lorsqu’on touche à un élément essentiel de la culture ch [ ... ]


Sélection de clips vidéos : Eason Chan, le troisième dieu de la chanson

article thumbnail

Considéré à Hong Kong comme le troisième dieu de la chanson après Samuel Hui et Jacky Cheung, Eason Chan est aujourd'hui l'une des plus grandes stars du monde chinois. Le jeune homme chante aussi [ ... ]


Eason Chan, dieu de la chanson hongkongaise

article thumbnail

Depuis 1997, la grande star de l'industrie musicale hongkongaise s'appelle Eason Chan. Commercial autant que critique, le succès de ce chanteur est total dans l'ancienne colonie britannique, mais aus [ ... ]


Annuaire Asie (Japon, Chine, Inde, Coree, Vietnam, Thailande, Cambodge, Laos, ...) < >